Maupassant Guy de

Publié le par Eric Balay

FORT COMME LA MORT
écrit par Guy de Maupassant en 1889

BIOGRAPHIE :
GUY DE MAUPASSANT (Château de Miromesnil, Tourville-sur-Arques, Seine-Maritime 1850 -Paris 1893), mort à 43 ans, encouragé par Flaubert, il collabore aux Soirées de Médan en 1880 en y publiant "Boule-de-Suif". Il écrit ensuite une série de contes et de nouvelles réalistes évoquant la vie des paysans normands, des petits bourgeois et des filles publiques, des épisodes de la guerre de 1870, des aventures amoureuses ou les hallucinations de l'angoisse et de la démence. Ses principaux recueils sont : "La Maison Tellier" écrit en 1881, "Melle Fifi" écrit en 1882, "Contes de la bécasse" écrit en 1883, "le Horla" écrit en 1887. Il publie aussi des romans : "Une Vie" écrit en 1883, "Bel-Ami" écrit en 1887, "Pierre et Jean" écrit en 1888, "Fort comme la mort" écrit en 1889 et "Notre cœur" écrit en 1890. A partir de 1890, les troubles nerveux dont il souffre depuis 1884 s'aggravent et il meurt dans un état voisin de la folie.


PROLOGUE :
Ce roman met en scène un artiste qui, sous l'influence d'un milieu délétère, préfère sacrifier son originalité à une peinture de commande.


RÉSUMÉ DE L'OEUVRE :
Paris, d'avril à décembre 1887. La renommée du peintre Olivier Bertin a attiré la comtesse de Guilleroy. Celle-ci favorise le mariage de sa fille (qui ressemble notamment à la comtesse que Bertin la vit lorsqu'il la rencontra douze ans plus tôt) avec le marquis de Farandal, dont la position aidera aux intérêts de son mari. A un dîner qui réunit chez sa maîtresse les mêmes habitués - "mannequins qui donnent l'illusion (...) d'êtres d'élite qu'ils ne sont pas" -, le peintre est frappé par la ressemblance de la jeune fille et du portrait qu'il fit jadis de la mère. La mère de la comtesse meurt. Parce qu'elle signifie la perte de son enfance, cette disparition accentue chez elle la peur obsessionnelle de veillir. Le séjour de Bertin chez elle, en Normandie, lui révèle une autre vérité cruelle : son ami s'éprend de sa fille. Elle lui ouvre les yeux, et tous deux souffrent de cette situation. Bertin, qui sent tout le vide de sa vie, voit dans l'incident de circulation qui le blesse à mort comme un signe du destin.


COMMENTAIRE DE L'OEUVRE :
Au classique triangle amoureux du mari, de la femme et de l'amant se substitue peu à peu celui de cette même femme, de l'amant et de la fille de celle-ci. Mais cette substition ne peut avoir lieu en fait : une différence d'âge, certaines considérations interdisent ce nouvel amour du peintre. L'histoire du roman est donc une prise de conscience désespérée de cet amour "plus fort que la mort". Car cette passion a beaucoup d'une possession par "l'autre qui est en nous", le "horla" des contes fantastiques : cet "autre" qui dort en Bertin est réveillé par le sortilège d'une hallucinante ressemblance. Celle-ci lui permet de côtoyer "un être double, ancien et nouveau" - la mère et la fille - et lui offre l'illusion du passé retrouvé. Étrangeté d'autant plus insidieuse qu'elle n'est pas "inquiétante" : là, nulle folie. Bertin se découvre pris au piège du passé et accepte la mort.

 

 



BEL-AMI
écrit par Guy de Maupassant en 1885

PROLOGUE :
Ce roman est le plus autobiographique. En 1885, l'auteur, grand reporter en Afrique du Nord, est à l'apogée de ses succès féminins. A 35 ans, il connaît une maturité précoce déjà guettée par la maladie et la folie. Les noires obsessions de la mort et du néant apparaissent dans ce roman pour assombrir davantage l'histoire de cet homme sans morale et sans conscience.

RÉSUMÉ DE L'OEUVRE :
Georges Duroy rencontre un ancien camarade, Forestier, qui le fait engager dans le journal où il travaille : la Vie française. C'est Mme Forestier qui écrira ses premiers articles. Tout en poursuivant une liaision orageuse avec l'une des amies des Forestier, dont la fille Laurine l'a gratifié de surnom de bel-ami, il se fait introduire chez Walter, patron du journal, qui possède une épouse prude et distinguée et mère de deux filles. Forestier tombe malade et meurt horriblement sous les yeux de Bel-Ami, venu réconforter son épouse dans l'épreuve. Bel-Ami obtient rapidement la main de la veuve et occupe la place de Forestier au journal. Il devient très influent tandis qu'il entrepend la conquête de Mme Walter. Puis il la délaisse, rêvant à d'autres intrigues. Il regrette en fait de sêtre marié et jette son dévolu sur l'une des filles de Walter, l'inconsistante Suzanne. Profitant d'un adultère de sa femme, il fait casser son mariage, enlève Suzanne et obtient sa main de ses parents desespérés. Ce mariage sans amour est pour lui une apothéose.


COMMENTAIRE DE L'OEUVRE :
Maupassant, étroitement guidé par Flaubert dans sa formation d'écrivain, illustre à sa manière l'esthétique naturaliste.











LES CONTES DE LA MERE BÉCASSE

écrit par Guy de Maupassant en 1883

PRÉFACE :

Parmi tes titres de nouvelles "La Bécasse". "Ce cochon de Morin". "La folie", "Pierrot". "Menuet "La peur", "Farce normande", "Les sabots", "la Rempailleuse". "En mer" "Un Normand". "Le Testament". "Aux Champs". "Un Coq chanta", "Un fils". "Saint-Antoine" et "L'Aventure de Walter Schnaffs". nous devons retenir la nouvelle intitulée "Menuet.

RÉSUMÉ DE L'OEUVRE :

C'est l'histoire de deux amis autour du sujet délicat de la mort.








UNE VIE

écrit par Guy de Maupassant en 1883

PRÉFACE :

Si Emile Zola est "naturaliste", Guy de Maupassant est un "réaliste" : il n'applique pas de système à ce qu'il voit.

RÉSUMÉ DE L'OEUVRE :

Rouen, 1819. Jeanne vient de sortir du couvent, toute pleine de ses rêves de jeune fille : rêves d'avenir, de liberté et rêves d'amour. Elle s'installe avec ses parents dans leur propriété normande des Peuples, juchée sur la falaise qui domine la mer entre Fécamp et Étretat. Un jeune homme rencontré, quelques regards échangés, et c'est le mariage, avec Julien, vicomte de Lamarre. Apres les premières réticences du corps, c'est le désordre des sens sous le soleil de la Corse sauvage. Mais, au retour, viennent les désillusions et la première trahison : Rosalie, leur bonne, donne naissance à un enfant issu de Julien. Passées les premières douleurs, Jeanne, enceinte, oublie et se consacre tout entière à son fils, Paul. Paul grandit, trop gâté. A 20 ans, il se livre au jeu, à des entreprises commerciales hasardeuses et finit par ruiner sa mère, qu il doit vendre "Les Peuples". Jeanne sombre petit à petit dans te désespoir, soutenue par la seule Rosalie, quand lui naît une petite-fille.

COMMENTAIRE DE L'OEUVRE :

La "Jeanne" de Guy de Maupassant ressemble à la "Emma" de Gustave Flaubert dans "Madame Bovary".



Publié dans litterature.rebelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dissertation literature review 03/09/2009 10:39

Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!_____________________dissertation literature review