Cocteau Jean

Publié le par Eric Balay

 LES ENFANTS TERRIBLES
écrit par Jean Cocteau en 1938


BIOGRAPHIE


JEAN COCTEAU (Maison-Laffite 1889 - Milly-la-Forêt 1963), mort à 74 ans débute par un recueil de vers d'un tour classique, "La Lampe d'Aladin" (1909), mais bientôt il renonce à la tradition pour s'intéresser à tous les mouvements d'avant-garde. Il collabore avec des musiciens comme Erik Satie ("Parade", ballet, 1917) et Darius Milhaud, avec des peintres comme Picasso, et compose des poèmes d'inspiration futuriste, cubiste et dadaïste dans "Le Cap de Bonne-Espérance" (1919), "Poésies" (1920), pour revenir à une forme plus classique dans "Plain-Chant (1923). En 1919, il écrit un roman poétique, "Le Potomak", suivi d'autres comme "Thomas l'Imposteur" (1923) et "Les Enfants terribles" (1929). Il aborde le théâtre en 1921 avec "Les Mariés de la tour Eiffel", que suivent "La Voix humaine" (1930), "La Machine infernale" (1934), "Les Monstres sacrés" (1940), "La Machine à écrire" (1941), "L'Aigle à deux têtes" (1946). "Bacchus" (1951) et "Le Bel Indifférent'. Il est revenu à la poésie en 1954 avec "Clair-Obscur" et en 1962 avec "Requiem".




RÉSUMÉ DE L'OEUVRE :


Terrrassé par une boule de neige lancée par son idole Dargelos, Paul ne peut retourner en classe; aussi sa sœur Elisabeth prend-elle désormais soin de sa santé. Chaque jour, Gérard, amoureux d'Elisabeth et de la faiblesse de Paul, leur rend visite jusqu'à s'installer à leur côté dans la chambre. Une vie à trois s'organise alors développant le désordre de l'imagination. Par la suite, Elisabeth, engagée comme mannequin, rencontre Agathe, dont le visage rappelle bizarrement celui de Dargelos et provoque la fascination et l'admiration de Paul. Dès lors, la chambre s'ouvre à elle, la plaçant au sein du jeu, au rythme d'une vie dirigée par l'imaginaire. Peu à peu, le drame s'organise, les personnalités s'affinent, et leur passion prend une ampleur démesurée, à tel point qu'Elisabeth, telle une "araignée" meurtrière, détisse l'amour de Paul et d'Agathe pour tramer celui d'Agathe et de Gérard, ne supportant pas l'enlèvement de son frère. Paul dépérit et, au terme du drame, alors que les aveux se formulent, Elisabeth, face à l'emprisonnement de son frère, se suicide.



LES PARENTS TERRIBLES
écrit par Jean Cocteau en 1938


PROLOGUE


En 1948, l'auteur porte à l'écran sa pièce avec Yvonne de Bray, Gabrielle Dorziat, Josette Day, Jean Marais et Marcel André.


RÉSUMÉ DE L'OEUVRE :


Yvonne, Georges, leur fils Michel et tante Léonie semblent vivre en harmonie dans leur appartement, baptisé la "roulotte". En fait, Yvonne, depuis la naissance de Michel, s'est éloignée de son mari et ressent une passion exclusive pour son fils. Quant à Léo, autrefois fiancée à Georges, mais délaissée au profit de sa sœur Yvonne, elle maintient un semblant d'union et d'ordre dans la famille. Une nuit, Michel découche et provoque une crise d'angoisse chez sa mère, gravement malade du diabète. A son retour, il annonce à sa famille qu'il est tombé amoureux d'une jeune fille, Madeleine. Alors qu'Yvonne ne manifeste aucune joie, Georges est troublé, car il comprend que Madeleine n'est autre que sa maîtresse. Lors d'une visite de la famille de Michel chez Madeleine, Georges, jaloux, oblige la jeune fille à quitter son fils. La jeune fille raconte à Michel, pour le forcer à le quitter, qu'elle le trompe. Yvonne, croyant avoir récupéré son fils, est heureuse, mais Léonie, impressionnée par le caractère de Madeleine, intervient auprès d'Yvonne et de Georges en faveur des amoureux. Madeleine déclare à Michel qu'elle lui a menti et qu'elle lui a toujours été fidèle. Alors que les deux jeunes gens se retrouvent, Yvonne, désespérée et se croyant abandonnée, prend des cachets et meurt.



COMMENTAIRE DE L'OEUVRE :


L'auteur cherche avec cette œuvre, à modifier son image d"'auteur difficile". Il propose donc une œuvre dite "de boulevard", tout en essayant d'en renouveler le genre. Yvonne est présentée comme une mère abusive, mais n'est jamais mise en accusation par l'auteur, qui laisse aux spectacteurs la liberté de se faire une opinion.







THOMAS L'IMPOSTEUR
écrit par Jean Cocteau en 1923


PROLOGUE :

Le personnage de Thomas a une origine réelle, en la personne d'un certain T. de C. qui se faisait passer pour le neveu du général de Castelnau.


RÉSUMÉ DE L'OEUVRE :


Paris.Guerre de 1914. La princesse de Bormes, une femme mondaine et indépendante d'esprit, organise depuis la capitale un service d'ambulances en direction du front. Pendant ce temps, Guillaume Thomas, obscur jeune homme pas même en âge de combattre, décide de profiter du désordre engendré par le conflit pour enfin jouer un rôle à sa mesure. Se faisant passer pour le neveu du célèbre général de Fontenoy, il escorte bientôt la princesse lors de ses convois, rendant de par "son" nom d'utiles services. Mais Reims, les convois d'ambulances apparaissent pour Thomas comme les coulisses de la vraie pièce qui se joue sur le front. Et c'est là que Thomas, toujours désireux d'aventures, se fait envoyer parmi la troupe d'élite qui combat en Belgique. Bientôt, jouant ainsi son plus beau rôle, Thomas meurt en héros. L'illusion a enfin rejoint la réalité.

Publié dans litterature.rebelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article